Échanger, avant tout

Peut-on enseigner, apprendre sans médiation? Peut-être. Notre dossier du mois montre qu’il est dommage de s’en passer. Elle est même essentielle lorsqu’on pense son acte pédagogique.

Les définitions de la médiation sont multiples; en pédagogie, rappellent les pages qui suivent, on parle d’abord d’une posture de l’enseignant-e: décider de quitter le rôle de détenteur unique de savoirs, qu’il s’agirait de prodiguer à qui voudra ou pourra les saisir et les assimiler, pour proposer à ses élèves des dispositifs qui les aident à apprendre. Les précurseurs du concept – Vygotski en tête – l’ont compris en observant comment se développent l’humain et ses fonctions psychiques (mémoriser, analyser, créer, etc.), en constatant que «(...) l’échange social et particulièrement le langage ont un rôle fondateur» (p.8) dans l’échange, la transmission et l’appropriation de connaissances. 

D’où l’importance des différentes institutions qui permettent la parole et par là, les questions des élèves... Questions elles-mêmes médiatrices d’apprentissage lorsqu’elles sont sollicitées, encouragées (p. 12), et dès lors occasions d’interactions tout aussi formatrices entre enfants, entre adulte et enfants. On pense là notamment aux conseils de classe, aux murs pour afficher, aux tableaux sur lesquels chacun peut écrire (p. 16), aux «boîtes à idées», aux situations-problèmes et aux démarches de projet poussant à échanger... Les outils médiateurs possibles sont multiples dans leurs formes: les écrit, les dessins, les images, à (r)assembler par exemple dans un carnet (p. 14) avant de les partager; les lieux aussi – coin bibliothèque, espace bavardage; les objets — y compris culturels — lorsqu’on leur donne un sens... Et le savoir lui-même. 

«(...) nous ne devons pas oublier que sans lieux de médiation, sans dispositifs, objets, outils servant ces moments d’ouverture à tous, des enfants, mais aussi des adultes (parents d’élèves, collègues) risquent toujours de se trouver hors circuit de la construction en commun de valeurs, savoirs et compétences que nous avons le devoir de partager.» (p. 5) 

Bonne lecture. 

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.