Ajuster pour améliorer

Parallèlement au groupe de travail de suivi de la scolarité, un sous-groupe de travail a été constitué pour réfléchir à la formation des enseignants du secondaire I. La Société pédagogique vaudoise défend des ajustements pour l’améliorer et pour répondre aux besoins de la mise en oeuvre de la LEO. 

Dans le cadre des objectifs que la Société pédagogique vaudoise s’est fixés pour améliorer la mise en oeuvre de la loi sur l’enseignement obligatoire (LEO), plusieurs points sont intimement liés à la formation des enseignants du secondaire I. Pour rappel, deux objectifs spécifiques à la Voie générale (VG) en 9S-11S défendus par la SPV:

– Augmenter le temps des élèves avec le maître de classe pour les élèves de VG (neuf périodes sur au moins trois jours)

– Apporter un soutien spécifique aux élèves en difficulté. Afin de répondre au premier objectif, il apparaît essentiel de réfléchir au nombre de disciplines que les enseignants peuvent enseigner. En ayant la possibilité d’enseigner plusieurs disciplines, les enseignants pourraient avoir davantage de périodes avec la même classe et augmenter de facto le temps des élèves, notamment, avec le maître de classe. Or, aujourd’hui, il est possible de rentrer en formation pour obtenir un master en enseignement secondaire avec une seule discipline. Alors qu’il faut un regard de plus en plus aiguisé sur l’élève afin de l’accompagner, il semble primordial d’augmenter le temps d’un enseignant avec les élèves, tant de la VG que de la Voie prégymnasiale. Comment faire? La SPV propose deux actions en parallèle:

– Augmenter le nombre minimum de disciplines à la sortie de la formation des enseignants secondaire I HEP (trois disciplines). Une réflexion pourrait d’ailleurs être faite dans le cadre des domaines que le Plan d’études romand (PER) suggère.

– Promouvoir et favoriser les diplômes additionnels pour que les enseignants puissent acquérir l’autorisation d’enseigner une nouvelle discipline. Évidemment, les conditions de formation devront au préalable être négociées.

Sur un deuxième axe plus qualitatif (notamment pour apporter un soutien aux élèves en difficulté), la Société pédagogique vaudoise souhaite un ajustement de la formation des enseignants du secondaire I concernant deux points: la formation générale (telle que définie dans le PER) et la différenciation. En effet, dès la rentrée scolaire 2017, les maîtres de classe de VG ont deux périodes de «formation générale» avec les élèves de VG. Il est donc nécessaire de former au mieux tous les enseignants notamment à l’utilisation des MITIC ainsi qu’à l’approche du monde professionnel (AMP).

De plus, en raison de l’hétérogénéité des classes, la SPV souhaite que la formation initiale mette davantage l’accent sur la différenciation afin de donner notamment des outils aux enseignants pour aider les élèves en difficulté. Ainsi, la SPV propose des ajustements à la formation des enseignants du secondaire I relatifs au nombre de disciplines et relatifs au suivi des élèves. Pour finir, la suite des réflexions et des prises de position de la Société pédagogique vaudoise sera exclusivement publiée dans la nouvelle formule du Majuscules que tous les membres.

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.