Célébrer le partage: identités culturelles et relations dynamiques

La littérature peut dissiper l’étrange de ce qui nous www.semaine-romande-lecture.ch est étranger…

Les cultures habitent le monde avec des expressions plurielles, diverses et singulières. Désormais, il s’agit de penser la vie dans la mondialisation et de faire de la relation ou du lien à autrui un bien commun à transmettre. Pierron (2016, 210) invite les communautés à trouver des réponses, à faire des propositions pour «penser global et agir local». Comment faire un monde commun, quand le lointain et l’étranger sont si proches? C’est qu’il «nous» faut désormais penser un nous régional ou national et, à la fois, produire un nous mondialisé. Nous sommes les contemporains d’une prodigieuse expérience: embrasser la planète d’un seul regard où le singulier s’oppose à l’universel et où les enjeux globaux doivent dialoguer avec les singularités locales.

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.