Programme de législature

Le mercredi 1er novembre 2017, le Conseil d’État vaudois a présenté son programme de législature 2017-2022. Ce document indique les objectifs que le gouvernement s’est fixés pour les cinq années à venir. Pour la SPV, il est intéressant de s’arrêter sur l’axe de la formation.

En guise d’introduction, il est nécessaire de rappeler le statut d’un programme de législature dans le canton de Vaud. Selon l’article 119 de la Constitution vaudoise, le Conseil d’État présente au Grand Conseil un document définissant ses objectifs et les moyens pour les atteindre, ainsi que son calendrier. Le Conseil d’État peut amender ce programme en cours de législature et présente les modifications au Grand Conseil, qui en prend acte. Pour le programme de législature 2012- 2017, le Conseil d’État avait notamment proposé de mettre en oeuvre la loi sur l’enseignement obligatoire (LEO) afin de concrétiser l’école choisie par les citoyen- ne-s. Il s’agissait entre autres de renforcer le français avec l’introduction d’une 33e période. Un autre objectif était de faire adopter la Loi sur la pédagogie spécialisée (LPS) pour une meilleure intégration des élèves en situation de handicap à la vie de l’école. Suite à la demande de la SPV et des autres syndicats, la 33e période a finalement été introduite dès cette année scolaire pour les élèves de 9S. La mise en oeuvre de la LPS a été suspendue par un recours en justice. Pour cette législature, le Conseil d’État entend notamment renforcer la formation professionnelle. Voici quelques extraits des actions proposées: – Concevoir et déployer des renforts socio- éducatifs dans le cadre scolaire pour les éle ves en difficulté afin de leur permettre de reprendre le fil de leur formation. – Créer, au niveau régional, des plateformes réunissant les acteurs de l’école obligatoire, de l’orientation professionnelle et de la formation postobligatoire. – Favoriser l’augmentation des places d’apprentissage tant dans les écoles qu’en entreprise, ainsi que le nombre des commissaires d’apprentissage; prévenir l’échec de la formation professionnelle par un soutien personnalisé systématique en cas de risques de décrochement. – Introduire des ajustements supplémentaires a  la mise en oeuvre de la loi sur l’enseignement obligatoire (LEO), notamment pour renforcer le rôle du maître de classe, la culture générale et l’esprit critique. Il souhaite également accompagner la transition numérique de la société avec les actions suivantes: – Renforcer la formation des enseignants a  l’éducation numérique tant dans les cursus de formation initiale des futurs enseignants qu’au travers de la formation continue et mutualiser l’innovation pédagogique moyennant des modules de formation interdisciplinaires et disciplinaires. – Former les éle ves a  l’utilisation des mé- dias et aux contenus en ligne, les initier a  l’intelligence artificielle et a  la programmation; favoriser ainsi, y compris pour les éle ves a  besoins particuliers, l’acce s aux savoirs et compétences. La SPV prend acte des objectifs fixés par le Conseil d’État, notant que certains d’entre eux suscitent d’ores et déjà des inquiétudes sur le terrain. Tant le calendrier que les conditions de leur mise en oeuvre seront analysés de manière approfondie. La SPV reviendra sur ces importantes questions dans sa nouvelle publication début 2018. 

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.