L'humain remis en avant

Intéressant ce qui s’est passé après la collision ferroviaire de Granges-Marnand. Entre la Conseillère fédérale Leuthard qui suggérait le lendemain de consulter les conducteurs de locomotives et la remise en question récente de la direction des CFF sur sa gestion, il en ressort une position claire et novatrice: on veut des améliorations techniques, certes, mais surtout davantage d’interventions humaines pour plus de sécurité.
 
Ainsi la Régie fédérale le reconnaît, elle a trop effacé l’humain au profit de la technique. A l’école, on n’a pas à craindre un accident ferroviaire, mais l’effacement des professionnels face aux directives a des aspects tout aussi inquiétants et pourrait rapidement produire des dommages très importants. 

Le SER et l’ensemble du corps enseignant sont d’avis que la profession a besoin de gens bien formés, responsables, qui disposent d’une importante charge d’autonomie. Avec l’obsession de la mesure, du contrôle de la qualité et du risque zéro, avec l’introduction du PER et avec une furieuse tendance à prendre les enseignantes et les enseignants pour de simples exécutants irréfléchis et incapables, on voit dans les cantons se multiplier les instructions réglementaires, les indications comminatoires, les modes de faire imposés, les injonctions (souvent paradoxales), tant sur le plan cantonal que sur celui des établissements.

STOP! Il est temps de remettre l’humain en avant, aussi et surtout dans notre profession. Certes, le métier se complexifie, devient très exigeant, peut déstabiliser… mais la nécessité d’agir en professionnels est d’autant plus grande et vitale. Le Plan d’études est ambitieux? L’effet «maître» n’en est que plus incontournable. Collectionner les directives, ou pire les réclamer, ne conduira les enseignantes et les enseignants qu’à plus de désarroi, de frustration et d’insatisfaction professionnelles.

Le SER l’a affirmé dans sa conférence de presse de rentrée, les enseignantes et les enseignants ont besoin d’air, de temps et surtout d’une profonde confiance de la part des autorités et de la population. Nous exerçons un métier de l’humain, il est temps de remettre l’humain en avant.

 
 
L'accès aux documents est réservé aux abonnés.