Une assemblée de qualité

Les délégué-e-s réunis en assemblée le 8 septembre à Pont-la-Ville ont eu droit à un programme très copieux. Une partie statutaire suivie par près d’une heure d’échanges avec M. Siggen et ses chefs de service, M. Stern et M. Bouquet. Une page pour (presque) tout vous dire… 

 

Tour d’horizon des dossiers

Comme le veut le tractanda, le président présente son rapport d’activité. Voici quelques points abordés. D’une manière générale, il est bon de rappeler que le contexte actuel n’est pas aussi favorable qu’il en a l’air. La fonction publique est mise sous pression par des décisions prises au Grand Conseil, par des annonces à venir sur le personnel des soins et sur notre caisse de pension. Le corps enseignant n’est pas épargné et quelques indices attestent qu’il y a un malaise latent.

La SPFF, comme toutes les associations professionnelles, a pris clairement position contre le projet ENSEVAL. Une évaluation du personnel enseignant, oui, mais pas comme cela. Nous attendons maintenant la prise en compte de nos remarques et la tenue de nouvelles discussions afin de trouver un consensus acceptable.

La SPFF a rencontré à deux reprises M. Wicht, chef de service du SESAM, ainsi que M. Stern pour essayer de faire passer des messages sur l’organisation de la prise en charge des élèves en difficulté, mais aussi des appuis et des FLS. Tout est loin d’être parfait, mais il semble voir ça et là poindre des lueurs d’espoir. Un défi de taille attend la SPFF dans quelques semaines: la mise en consultation du règlement de la loi sur la pédagogie spécialisée qui a été acceptée par le Grand Conseil. Les échanges avec notre Direction restent satisfaisants et constructifs. Plusieurs dossiers sont encore ouverts ou à finaliser. Je pense aux groupes de travail qui planchent sur «le maintien et le développement de l’école fribourgeoise» et sur l’évaluation. Je pense aussi à la directive sur les pharmacies scolaires, à l’engagement d’enseignant-e-s non formé-e-s pour les activités créatrices (AC) en particulier et à nos demandes de révision du règlement sur le personnel enseignant.  

 

Nos deux résolutions

Lors des échanges avec notre conseiller d’État, les deux résolutions votées par l’assemblée lui ont été présentées. En ce qui concerne la demande de rapport sur la mise en oeuvre de l’Art. 51 du règlement de la loi scolaire, M. Siggen est entré en matière, en précisant toutefois qu’il n’a pas l’intention de revenir en arrière sur cette disposition. Il nous a rappelé son attachement à défendre la créativité, que tout sera mis en oeuvre pour donner des lignes claires et pour trouver des pistes pour accompagner les enseignant-e-s en charge de ce domaine. Pour la SPFF, ce signal est positif, mais, sur la base du rapport remis, nous continuerons à demander le retrait de cet article et un retour à la situation actuelle.

Dans sa deuxième résolution, la SPFF demande une communication plus cohérente et surtout d’être informée, voire consultée sur tous les nouveaux formulaires ou directives arrivant dans nos classes. M. Siggen s’est dit «interloqué» par une telle demande, estimant que la «SPFF ne peut pas cogérer l’école avec la DICS». Or, ce n’est pas ce que nous demandons. Nous voulons juste être informés de manière cohérente et connaître le programme de travail et la teneur des nouveaux documents. M. Stern a tempéré ce scepticisme en annonçant qu’il n’était pas opposé à présenter à la SPFF l’échéancier et ce qu’il reste à faire pour la mise en oeuvre de la nouvelle loi scolaire et de son règlement.

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.