Formation générale à la grille

Parmi les futures mesures pour améliorer la mise en oeuvre de la Loi sur l’enseignement obligatoire (LEO) au secondaire I, il est prévu de promouvoir la formation générale (FG) en lui donnant une réelle inscription dans la grille-horaire pour les futur-e-s élèves de 9S-11S.

Depuis le mois de septembre 2016, la Société pédagogique vaudoise et les autres associations professionnelles participent au groupe de travail LEO afin d’améliorer la mise en oeuvre de la nouvelle loi. Lors de ces séances essentiellement orientées sur le secondaire I, plusieurs propositions des syndicats ont été faites. Les représentants de la SPV ont notamment défendu des mesures qui renforcent la maîtrise de classe et qui simplifient l’organisation du secondaire I. Le mercredi 22 mars 2017, le Conseil d’État a adopté des modifications partielles du règlement d’application de la Loi sur l’enseignement obligatoire (RLEO) qui introduit notamment la Formation générale (FG). Il est essentiel de s’intéresser à cet axe du Plan d’études romand (PER), souvent oublié dans les débats. Ainsi, dans le canton de Vaud, afin de simplifier l’organisation du secondaire, en particulier la Voie générale (VG), et de renforcer la maîtrise de classe dans les classes de VG, le Conseil d’État a modifié l’article 70 du RLEO relatif aux options de compétences orientées métiers (OCOM). Dès lors, les élèves de 9S-11S bénéficieront de deux périodes, avec le titulaire de classe, de formation générale qui «vise à accompagner progressivement les élèves dans leur choix professionnel en développant la maîtrise orale et écrite de la langue française et les outils mathématiques, au travers de projets en lien avec l’approche du monde professionnel et les médias, images et technologies de l’information et de la communication (MITIC)» (cf. art. 70 RLEO, alinéa 1a). Même si cette modification n’efface pas les difficultés réelles de la VG, c’est une bonne première mesure qui doit être saluée. D’autres mesures devront suivre pour le bien de l’école vaudoise. Depuis longtemps, le monde professionnel exige que les élèves en fin de scolarité obligatoire sachent écrire, lire et compter. La pression est donc vive sur certaines disciplines comme les mathématiques et le français. De plus, les élèves devraient idéalement atteindre un bon niveau en allemand et en anglais. À cela s’ajoute une pression supplémentaire, tant sur les élèves que sur les enseignants, induite par le cadre général de l’évaluation (CGE). En effet, le temps dédié à la formation tend à être prétérité par le temps consacré aux évaluations. Mais à l’école, on ne fait pas qu’apprendre à lire ou à compter. On le constate notamment dans le projet global de formation de l’élève du PER. Parallèlement aux domaines disciplinaires, deux axes malheureusement souvent oubliés sont présents: les capacités transversales et la formation générale. Ainsi, ces deux nouvelles périodes de formation générale peuvent être considérées comme un véritable bol d’air. Les élèves et les enseignants auront – enfin – du temps pour traiter des éléments du PER souvent mis de côté. On pourra donc légitimement se demander quand la formation générale intégrera les grilles horaires des degrés primaires comme c’est déjà le cas dans certains cantons.

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.