Les articles de l'Educateur

Recherche avancée
1/2012 > Magazine > SER
La peur de la liberté

 

par Georges Pasquier
 
13/2011 > Magazine > SER
Le dégât des moyens d’enseignement

Quand un changement aussi important que la mise en œuvre de la Convention scolaire romande, et partant du Plan d’études romand (PER), survient, on pourrait penser que d’importantes mesures vont l’accompagner et que tout va être fait pour que les choses se passent le plus harmonieusement possible.

 
11/2011 > Magazine > SER
N’oubliez pas …

«Pour que vos enfants ne soient pas les seuls Suisses en classe…», votez qui vous savez! Cette affiche a choqué de nombreux collègues, outrancière, suscitant le rejet de l’autre, voire la haine. A l’heure où paraîtront ces lignes, le peuple se sera exprimé par les urnes. On saura donc si l’outrance, le rejet, la haine auront payé. A l’heure où ces mêmes lignes sont écrites, j’en suis à espérer au contraire une avancée des (vraies) valeurs, celles que défend l’école.

 
10/2011 > Magazine > SER
Les parents, impliqués ou clients?

«L’implication parentale au sein de l’école – Une approche innovante pour une éducation de qualité», voilà un titre qui est très positif et très encourageant. Hélas, c’est celui du rapport du projet IPPE*, lequel projet, avant même le lancement de sa recherche, affirmait haut et fort: «Le premier droit des parents est celui de choisir l’école qu’ils désirent pour leur enfant.» C’est ça s’impliquer?

par Georges Pasquier
 
11/2010 > Magazine > SER
La déresponsabilité organisée

La peur et l’inquiétude ne sont pas seulement le combustible des campagnes de votations populistes, elles sont souvent érigées en véritables règles de vie d’une société qui ne mise plus que par l’obsession du risque minimum et du tout sécuritaire. A tel point qu’un métier comme le nôtre, qui par essence travaille avec l’humain, donc la vie, donc le risque, devient très vite un métier impossible, baignant dans la contradiction, le doute et la culpabilité.

par Georges Pasquier
 
10/2010 > Magazine > SER
Allumer le feu

Deux mille ans avant la fameuse expression de Montaigne («Je voudrais aussi qu’on fût soigneux de lui choisir un conducteur qui eût plutôt la tête bien faite que bien pleine»), le Grec Aristophane avait proféré cette sentence pleine de sagesse: «Enseigner ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu». Image simple et claire! Tout-e enseignant-e digne de ce nom ne peut qu’admettre qu’elle correspond en tout point à une vérité maintes fois avérée.

par Georges Pasquier
 
9/2010 > Magazine > SER
Sérénité et attractivité

L’année qui démarre sera aussi secouée qu’elle débute calmement. Une rentrée neutre et effacée, sans anicroche ni gros titres, malgré une pénurie menaçante et de très nombreux points d’interrogation. Le Plan d’études romand (PER), c’est pour l’an prochain, l’entrée en vigueur de l’accord sur la pédagogie spécialisée aussi. S’ensuivront l’introduction de l’anglais et la mise en oeuvre de la Convention scolaire romande.

par Georges Pasquier
 
8/2010 > Magazine > SER
Enseignant-e-s et directions: au-delà de la cohabitation

«Le pilote n’amène pas l’avion où il veut, mais où les passagers veulent aller, et où la compagnie aérienne a décidé qu’il aille.» En poussant la comparaison aéronautique d’avec la direction d’établissement, Jean-Marc Haller, nouveau secrétaire général du SER (voir interview pp. 26 ss) met le doigt sur la dérive qu’ont ressentie et que peuvent ressentir nombre de collègues.

 
7/2010 > Magazine > SER
De battre en retraite, la vie doit s’arrêter!

La fin d’une année scolaire est un moment d’émotion forte pour tout-e enseignant-e avéré-e. Pincement au coeur d’un cycle de vie qui s’achève, sentiment mélangé entre soulagement d’arriver au bout de quelque chose et regret de quitter des élèves aussi attachants qu’ils ont pu être exigeants en énergie, patience et efforts. Impression récurrente d’une disproportion entre le travail consenti et la fragilité éphémère des résultats.

par Georges Pasquier
 
7/2010 > Magazine > SER
Participez aux 5es Assises romandes de l’éducation!

L’organisation de l’école obligatoire dans les cantons romands oscille entre systèmes inspectoraux et fonctionnements d’établissements. De nombreuses nouvelles directions d’établissement ont été mises en place et un concept ambitieux de formation de chef-fe-s d’établissement a vu le jour (FORDIF). L’harmonisation est pourtant loin d’être faite tant au niveau romand qu’au niveau national. Il semble qu’on attend beaucoup des directions d’établissement, sans pouvoir préciser quoi!

 
7/2010 > Magazine > SER
Veut-on des pilotes dans les écoles?

Vous êtes parent d’élève, enseignant, chef d’établissement, élu politique, professionnel de l’éducation, citoyen responsable, vous voulez vous informer et prendre part au débat , avec des intervenants tels que Yves Dutercq, Toni Strittmatter, Elisabeth Baume-Schneider…

 
6/2010 > Magazine > SER
La pénurie et la qualité

La menace de pénurie d’enseignants à moyen terme est fortement agitée dans les médias en ce moment. Dans trois jours, le lundi 31, nos confrères alémaniques vont lancer un cri d’alarme dans une communication à la presse, conjointement avec leurs homologues allemands et autrichiens. C’est que dans l’espace germanophone le bât commence à blesser cruellement. La pénurie est déjà manifeste. Elle ne va faire que s’aggraver.

par Georges Pasquier
 
5/2010 > Magazine > SER
Les différences à l’école

A côté (ou au centre) de tous les merveilleux défis que nous avons à relever, de l’harmonisation des systèmes cantonaux à l’enseignement des langues, il y a la mise en oeuvre de l’accord intercantonal sur la pédagogie spécialisée, concordat magnifique et ambitieux, accepté à l’unanimité de nos 26 ministres, qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2011. Ce traité est beaucoup plus qu’une simple application de la RPT, il relance le défi d’une école pour tous.

 
4/2010 > Magazine > SER
Plus d’école ne veut pas obligatoirement dire meilleure formation

«Les enfants qui passent des heures en classe ne sont pas ceux qui apprennent le mieux». Cette constatation faite au début du XXe siècle a conduit les médecins scolaires de l’époque à réclamer des horaires allégés, des récréations plus nombreuses et la suppression des devoirs à domicile pour les jeunes enfants. Cent ans plus tard, on a l’impression de jouer une course dans l’autre sens. C’est à qui gonflera les horaires. Il est temps d’y réfléchir.

par Georges Pasquier
 
3/2010 > Magazine > SER
L’école, marais des injonctions paradoxales

Développez une évaluation formative, mais surtout multipliez les tests avec des notes; installez une ambiance de collaboration et une mentalité d’entraide et de solidarité parmi vos élèves, mais surtout apprenez aux futurs adultes qu’on ne peut réussir qu’en écrasant les autres et en étant meilleur qu’eux; rendez vos élèves autonomes, entreprenants et critiques, mais pas un bruit dans la classe et exigez une obéissance de tous les instants.

par Georges Pasquier
 
11/2009 > Magazine > SER
Comment partir du concret dans les grands degrés ?
par Liliane Palandella
 
9/2007 > Magazine > SER
5ème Congrès de l'IE
par Samuel Rohrbach
 
5/2006 > Magazine > SER
Une assemblée des délégués sous tension
 
1/2006 > Magazine > SER
La Neuveville reçoit l'assemblée des délégués
par Ulrich Knuchel
 
13/2005 > Magazine > SER
Une formation professionnelle à la hauteur des défis présents et futurs
par Marie-Claire Tabin
 

Pages