Une mise en oeuvre sans conséquences majeures

Le 27 avril, le comité de la SPFF a rencontré la conférence des inspecteurs. Rencontre nouvelle formule qui a permis d’instaurer un dialogue constructif et de partager nos, vos préoccupations sur deux thèmes: évoquer et lister les questions qui interpellent les enseignant-e-s en lien avec le transfert des tâches RE/inspecteurs-trices et échanger sur le futur carnet scolaire à l’école enfantine.

Devant l’absence totale d’informations de la part de la DICS sur la mise en place des responsables d’établissement (RE), de nombreuses questions se posent. Un souffle s’insécurité traverse fréquemment les salles des maîtres et les suppositions vont bon train. En posant nos questions à la conférence des inspecteurs, notre lanterne s’est éclairée.

Quelles tâches à nos RE?

Le cahier des charges des RE est maintenant au terme de la consultation. Il s’agit de mettre en œuvre les décisions imposées par la loi scolaire et les dispositions prévues dans son règlement d’application. Les RE deviendront effectivement nos supérieurs hiérarchiques dès le 1er août 2015, avec un transfert progressif des tâches aujourd’hui assumées par nos inspecteurs-trices. Aussi, pour cette année, l’accent sera donné sur la conduite du personnel: évaluation, engagements, gestion des absences et des remplacements… Les volets conduite pédagogique, organisation et administration viendront dans un deuxième temps. Toutes les mesures d’aide restent, par exemple, en mains inspectorales. On peut donc considérer que l’année 2015/2016 sera une année transitoire où chacun devra trouver ses marques, épouser sa nouvelle fonction vers une organisation définitive dès la rentrée 2016. Le cahier des charges des inspecteurs- trices est aussi en préparation. Leur mission principale consistera à appuyer les RE et à assurer le contrôle qualité des établissements primaires et secondaires dont ils auront la charge. Un concept sera élaboré et la SPFF devrait y participer. A noter aussi que les arrondissements actuels seront redessinés et que l’ordonnance du Conseil d’Etat sera effective à la rentrée 2016. Des annonces devraient sortir avant la fin de l’année scolaire.

Quant à l’autonomie des établissements avec une équipe enseignante dirigée par un RE, elle est à construire. Largement encadrée par les textes légaux et les prérogatives de chacun, la marge de manoeuvre est relativement restreinte. Une chose est certaine, c’est que nous continuerons à faire notre travail, dans notre classe, dans nos groupes de travail, dans nos établissements, afin que les élèves puissent bénéficier de notre encadrement professionnel.

Ces changements, aussi importants puissent-ils paraître, ne doivent pas nous éloigner de notre mission: enseigner. On ose dire que cette réorganisation fonctionnelle, si elle est conduite dans le respect de chacun, n’aura pas de conséquences majeures sur notre quotidien. Mais nous devons rester vigilants et surtout nous revendiquons le droit à être informés.

Quel carnet scolaire à l’école enfantine?

Un groupe de réflexion planche sur une harmonisation du carnet scolaire à l’école enfantine entre Francophones et Alémaniques. Giselène Humbert, responsable du groupement des maîtresses enfantines, nous y représente. Les travaux arrivent à bout touchant et des décisions doivent être prises. Lors de la discussion avec les inspecteurs-trices, il s’agissait d’exposer nos positions respectives et de trouver un terrain d’entente, une proposition commune francophone qui réponde à notre réalité, étayée par le retour précieux du terrain consulté par une enquête récente.

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.