Une claque et maintenant?

Le peuple a décidé: c’est non à la RIE III. Et nous pouvons nous en féliciter: le SER a mené, avec ses partenaires syndicaux, une campagne active contre ce projet de loi qui a été largement repoussé en février dernier.

Malgré ce revers infligé par le peuple aux partisans de la 3e réforme de l’imposition des entreprises, les syndicats ne peuvent pas, ce printemps, se reposer sur leurs lauriers. En effet, le parlement met sous toit — à l’heure où j’écris ces lignes — la réforme de la Prévoyance vieillesse 2020, qui est cruciale pour garantir la pérennité des retraites. Avec les solutions proposées par le Conseil national, au contraire de celles du Conseil des États, il y du référendum dans l’air. Dans ce dossier complexe, des solutions garantissant la stabilité des revenus touchés sous forme de rentes et financièrement supportables pour de larges pans de la population sont nécessaires et ce, en augmentant la rente AVS pour compenser la baisse du taux de conversion du 2e pilier. Pour le SER, un renforcement de l’AVS est indispensable — nous avons d’ailleurs soutenu l’initiative AVSplus allant dans ce sens. L’AVS doit aussi être solidement financée. Le relèvement de l’âge de la retraite à 67 ans était aussi présent dans les discussions des Chambres fédérales. Personnellement, je pense qu’il s’agissait d’une aberration, comme tout autre projet allant dans ce sens. Au moment où vous lisez ces lignes, les décisions sont tombées. Nous allons donc, avec nos partenaires syndicaux au sein du bureau de coordination SER/ LCH et de la Conférence Ebenrain, faire le point rapidement sur les résultats des travaux des Chambres fédérales sur le projet Prévoyance vieillesse 2020 et évaluer si c'est une paire de claques qui est nécessaire.

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.