Une certaine sérénité retrouvée

Le 9 septembre s’est tenue la traditionnelle assemblée des délégués de la SPFF à Lossy. Après la partie statutaire, c’est dans un climat quelque peu apaisé que M. Siggen et son chef de service M. Stern nous ont apporté des informations rassurantes. Mais il reste des points à régler. Retour sur les moments forts… 

Un bilan positif, mais…

La salle réservée pour notre assemblée était comble. La partie statutaire a vu les délégué-e-s accepter les comptes 2015 qui présentent un excédent de produits de près de 300 francs. La diminution du nombre de membres est inquiétante et tout doit être mis en œuvre pour inverser la courbe. Le budget pour l’année à venir voit du rouge et sans nouveaux adhérents, l’avenir s’annonce compliqué. Dans mon rapport, j’ai tout d’abord posé le décor: moins inquiet et moins harassé qu’il y a une année. Dès lors, la SPFF a pu travailler dans de meilleures conditions et obtenir des améliorations significatives. Que ce soit sur le dossier du règlement de la loi scolaire, sur la révision partielle du règlement du personnel enseignant ou sur les mesures d’économies, de bons résultats ont été obtenus.

Mais tout n’est pas parfait et quelques dispositions doivent absolument être revues (travail en demi- classe) et des revendications étudiées (unité de décharge). Cette année plus favorable est une preuve que notre ténacité et notre patience portent des fruits à terme. De nouveaux défis nous attendent, en particulier dans le domaine de l’enseignement spécialisé. La phase transitoire que nous vivons actuellement en attendant la nouvelle loi amène son lot de questions. Situation figée dans l’organisation de la prise en charge d’élèves au bénéfice de MAO* ou de MAR**, surcharge et temps d’attente dans les services auxiliaires, ressources pour les appuis, réalité du terrain face à des élèves dont le dossier a été refusé, intégration complexe d’élèves avec des troubles autistiques, augmentation de notre charge de travail sont quelques exemples d’une situation a priori inextricable pour laquelle la SPFF s’engagera en priorité.  

Avec notre directeur

M. Siggen, accompagné de M. Stern, a tenu à rencontrer les délégué-e-s et à apporter des réponses concrètes à nos préoccupations. Quelques points:

– La mise en oeuvre de la nouvelle loi scolaire et de son règlement demande encore des ajustements. Des précisions sont à décliner sous forme de directives et quelques années sont encore nécessaires pour terminer le processus d’implémentation.

– Le dossier de l’enseignement spécialisé sera aussi une priorité de la Direction, avec, dès le début de la nouvelle législature, l’étude du texte par le Grand Conseil. Une cohérence doit être trouvée et des moyens adéquats débloqués. M. Siggen n’a de cesse de sensibiliser ses collègues du Conseil d’État à l’urgence de certaines situations et aux besoins de financement de mesures appropriées.

– En ce qui concerne l’enseignement en demi-classe, la situation n’est pas figée. Si cet article devait être appliqué aujourd’hui, quarante-sept classes seraient touchées. Des visites dans des classes AC sont prévues et la promesse de faire avancer ce dossier dans les mois à venir est faite.

– Le concept d’évaluation du personnel enseignant est enfin à bout touchant et une consultation sera conduite avant la fin de cette année.

– La directive sur les médicaments sera revue. Un groupe de travail paritaire planchera sur un nouveau texte répondant aux attentes réelles des établissements, des parents et des enseignants. En conclusion, c’est dans un esprit constructif que M. Siggen a apporté aux délégué-e-s un message d’une volonté de partenariat et de confiance mutuelle.

 

* mesures d’aide ordinaires

** mesures d’aide renforcées

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.