TICE & MITIC

Le 26 novembre 2016, les délégués du SER, réunis en assemblée ordinaire, ont mandaté le CoSER pour intervenir auprès de la CIIP et des cantons, de manière à faire progresser le dossier «MITIC».

La résolution votée ce jour-là insiste particulièrement sur les points suivants:

– Renforcer l’utilisation des TICE et les objectifs MITIC dans la formation de base et la formation continue des enseignants dans une vision intercantonale;

– Développer des concepts cantonaux venant en aide aux autorités locales pour la mise en place des infrastructures et de l’entretien des moyens TICE;

– Inciter les gouvernements cantonaux à attribuer les ressources financières supplémentaires nécessaires dans ce domaine;

– Garantir un équipement MITIC nécessaire pour l’intégration des jeunes dans une société numérique;

– Mettre en place un groupe de réflexion paritaire romand sur la place des TICE dans l’école.

Dans notre société actuelle, il est indispensable d’apprendre aux jeunes à évoluer dans un environnement numérique. Ces nouveaux apprentissages sont tellement importants que des concepts tels que «l’analphabétisme numérique» et «l’illectronisme» ont été inventés pour définir le manque de connaissances nécessaires à l’utilisation des ressources numériques. Nos élèves sont aujourd’hui de véritables digital natives, capables d’utiliser de manière quasi intuitive smartphones, tablettes et autres objets connectés. Toutefois, lorsque l’on demande à des adolescents de travailler avec des programmes usuels (traitement de texte, tableur, diaporama, etc.), on se rend rapidement compte des limites de leurs connaissances innées. Il en va de même en ce qui concerne les droits et les devoirs sur les réseaux sociaux, les règles de bienséance lors de la rédaction d’un e-mail et l’analyse de la véracité des informations glanées sur internet. Par conséquent, l’école a un rôle fondamental à jouer dans cette éducation au monde numérique. Dans le PER, le domaine «MITIC» fait partie de la formation générale: outre les cours d’informatique dispensés en 9CO, cette éducation aux nouvelles technologies est l’affaire de tous. Pour qu’elle soit dispensée de manière suffisante et efficiente, il faut que les enseignants disposent des compétences et des infrastructures nécessaires afin de mener à bien leur mission. Or, pour atteindre ce but, une forte impulsion politique, cantonale et intercantonale, est indispensable. La résolution des délégués du SER a été transmise à tous les chefs des départements de l’éducation de Suisse romande, en leur demandant de traiter ce thème avec les associations d’enseignants membres du SER. Affaire à suivre… 

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.