Quatre livres à découvrir

 

 

 

 

 

 

 

1. Aldo Naouri. (2017). Entendre l’enfant. Éd. Odile Jacob.

Il faut entendre l’enfant, nous dit l’auteur. «Mais l’entendre, ce n’est pas l’entendre dans la rumeur, c’est surtout et avant tout l’entendre sans frayeur en soi, c’est l’entendre en chacun, c’est l’entendre partout où il s’exprime et de toutes les manières dont il s’exprime. » Ce qui intéresse Aldo Nouri, qui a exercé la pédiatrie pendant quarante ans, c’est ainsi l’enfant présent en nous à tout âge. Il nous indique le chemin à prendre en identifiant, dans son propre parcours, l’enfant resté en lui. Et en montrant comment celui-ci lui a servi de guide. En l’incitant à l’effort, au partage, à la solidarité. Et quand les difficultés se multipliaient, en le prévenant de ne pas céder à la facilité. L’auteur nous tente, aidé par sa belle écriture, à rechercher, comme il l’a fait, cet enfant qui nous habite. Pour mieux nous comprendre dans les rôles multiples que nous avons joués et jouons aussi aujourd’hui.

2. Françoise Pasche Gossin, Marie-Christine Juillerat, Christine Riat, Agnès Brahier. (2017). Histoires de vie professionnelle. Réfléchir, agir, construire. Éd. HEP BEJUNE.

Quarante récits issus de la pratique de l’enseignement. Ce recueil a un but: proposer ces textes comme ressources pour former à l’analyse de la pratique professionnelle. Contribuer ainsi à développer une posture réflexive qui oblige à apprendre, à penser à ce qui se fait, à ce qui arrive, ce qui dérange, touche, déstabilise, surprend, étonne, force l’entendement. L’ouvrage raconte aussi comment une équipe de formatrices passionnées s’y prend pour créer un espace de développement identitaire professionnelle dans un lieu de formation. En découvrant ces courts récits, on ne peut s’empêcher de penser que toute école pourrait s’en saisir pour les travailler. Il est sûr qu’ils feraient échos à la pratique de tout enseignant. Mieux, «travailleraient» les pédagogies individuelles. Permettant ainsi d’être en recherche de ce qui semble essentiel, ou pas, à mettre en oeuvre, seul et ensemble, dans une école. 

3. Michelle Bourassa, Mylène Menot-Martin, Ruth Philion. (2017). Neurosciences et éducation. Pour apprendre et accompagner. Éd. De Boeck.

Un livre reliant neurosciences et éducation, dont la dernière de couverture annonce que le lecteur est le héros du livre et dont la préface est signée par Mireille Cifali, psychanalyste si estimée des enseignants, ne peut qu’intriguer! L’ouvrir nous conduit à en jouir, du début à la fin, en choisissant où nous rendre suivant nos interrogations. Le profil apprenant de la première partie nous intéresse pour examiner notre pratique. La seconde partie ne peut s’éviter quand nous nous demandons que comprendre quand l’enfant ne comprend pas. Si nous cherchons l’approche à privilégier en individuel ou collectif, nous allons lire les coins de l’intervention. Et nous précipiter sur ceux de la réflexion pour comprendre comment les neurosciences nous aident à «trier» nos stratégies. Quant aux coins de l’expérimentation, ils sont choisis d’emblée: pour raconter à nos élèves le fonctionnement du cerveau.

4. Ferdinand Buisson. Dictionnaire de pédagogie. Éd. établie et présentée par Patrick Dubois et Philippe Meirieu. Robert Laffont.

Voici le cadeau de la rentrée: la bible du maître écrite à la fin du XIXe siècle. La cathédrale de la pédagogie, dans laquelle il était difficile de pénétrer faut de pouvoir consulter l’original. Découvrons ce monument et James Guillaume qui a quitté son Jura suisse natal pour en assurer le suivi éditorial. Repérons les idées et les aspects historiques repris (sans toujours être cités!). Laissons-nous emporter par le souffle de ce projet, émanant d’une réflexion pédagogique donnant ce but à une école primaire nouvelle: «Faire des hommes». Ainsi lisons sous Activité: «L’activité consciente et raisonnable est l’apanage de l’homme: l’école doit faire l’éducation de cette faculté comme de toutes les autres; il est vrai que c’est là la plus délicate partie de sa tâche, car il est plus difficile de former un être libre que de dresser un esclave, de le faire bien agir que de le faire obéir.» 

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.