Pas de promesses, des engagements!

Comme indiqué dans la page précédente (cf. «Élections au Conseil d’État»), la Société pédagogique vaudoise a voulu interroger les candidat-e-s au Conseil d’État. Le Comité cantonal SPV a donc choisi quatorze questions fermées afin de connaître les positions de chaque candidat-e sur certaines thématiques.

À l’heure du bouclement de ce billet, personne ne connaît les résultats des élections pour le Grand Conseil et le Conseil d’État vaudois. Il est toutefois important, même si les résultats sont connus lors de la lecture ce texte, que la SPV rappelle son action civique pour ces élections.

Dans un précédent billet «La cheffe ne fait pas tout» de mars 2017, il avait été exposé le rôle important que pouvait jouer le Grand Conseil dans les orientations de l’école vaudoise. Les député-e-s, représentant le pouvoir législatif, adoptent notamment les budgets et les crédits complémentaires. Décisions ô combien importantes pour le fonctionnement d’une institution aussi essentielle pour l’avenir de notre canton. En effet, pour réussir à remplir ses missions, l’école doit suivre une politique des besoins et non une politique des moyens. L’autre pouvoir, l’exécutif, soit le Conseil d’État, est facilement identifiable avec ses sept conseillers d’État. De plus, la cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture est en première ligne sur toutes les questions scolaires.

C’est pour cette raison que la Société pédagogique vaudoise voulait connaître les positions de chaque candidat-e sur des thématiques relatives à l’école vaudoise. Le Comité cantonal SPV a donc posé les questions suivantes: Êtes-vous favorable:

• à une nouvelle formation des enseignants généralistes en cinq ans?

• à ce que tous les enseignants bénéficient des mêmes conditions de travail? (salaire, temps d’enseignement)

• à la formalisation d’un entretien d’appréciation des enseignants?

• à ce que les enseignants évoquent en classe, si la situation se présente, leur orientation sexuelle?

• à l’abandon des notes pour les matières créatives (ACM-ACT, Musique, Arts visuels)?

• à une durée hebdomadaire maximum, adaptée aux degrés scolaires, pour les devoirs à domicile?

• au remplacement des livres pour les élèves par des cartables numériques (tablette tactile numérique du type Ipad, Galaxy Tab,…)?

• à un tronc commun, à terme, pour toute la scolarité obligatoire?

• à l’abandon de l’examen du certificat de fin d’études secondaires?

• à une augmentation du taux d’«encadrement des élèves» dans l’enveloppe pédagogique?

• à l’octroi de moyens financiers pour des mesures socio-éducatives?

• à un renforcement des équipes de secrétariat d’établissement scolaire afin de décharger les enseignants de toutes tâches administratives non pédagogiques?

• au financement par des entreprises privées pour des activités scolaires?

• à des Assises, réunissant plusieurs départements de l’État, les communes, les enseignants et les parents, traitant de l’inscription locale de l’école?

Les réponses et leurs compléments sont à découvrir sur le site www.spv-vd.ch. Pour la SPV, les réponses à ce questionnaire sont à considérer, non pas comme des promesses électorales, mais bel et bien comme des engagements.

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.