Lire, écrire c’est grandir!

Très bonne initiative de notre comité de rédaction de nous proposer un dossier sur «le Français renouvelé». C’est une bonne piqûre de rappel, parce que s’il est un objet qui aura fait des cheveux blancs à tous nos prédécesseurs et les nôtres, c’est bien l’enseignement du français, depuis 1886 (voir pp. 38-39). Avec toujours les mêmes rengaines sur le déclin de la langue et les horreurs de l’orthographe. Et c’est loin d’être terminé.

Et ce qui frappe au travers de ce siècle et demi de soucis professionnels en ce qui concerne notre langue d’enseignement, c’est la permanence de difficultés et l’insatisfaction face aux résultats. Dès la création de notre faîtière romande, on conduit les mêmes recherches et on fait les mêmes constats désenchantés.

Mais dès les premiers congrès et les premières pages de l’Educateur, on garde la même ligne pédagogique et on ne déviera pas: passer du dogmatisme traditionnel à la méthode «naturelle», retarder les apprentissages formels, réduire les listes de règles, alléger et simplifier les programmes.*  Plus de trente ans après MdF, il y a toujours dans les têtes de beaucoup d’enseignantes et d’enseignants ce désir de promouvoir une école «active» plutôt que réceptive, de travailler avec des élèves éveillés plutôt que passifs, d’adapter les programmes aux enfants plutôt que l’inverse.

A cet égard, le chantier de Maîtrise du français a été une formidable occasion de mise en œuvre des idées qui ont traversé notre histoire. Mais là aussi, les contraintes politiques, traditionnelles, professionnelles aussi d’une bonne partie d’entre nous ont été plus fortes, et on ne peut que constater qu’elles ont gagné et gagnent encore.

Maintenant que la Suisse romande ne fabrique plus ses moyens d’enseignement et que la pression exercée par les notes est toujours plus grande, on abandonne les espoirs de jadis et on joue une partie qui ressemble plus à de la survie résignée qu’à une promotion enthousiaste du pouvoir de la langue. Nos élèves en sont conduits davantage à travailler avec des fiches et des exercices, qu’à investir dans la lecture, la compréhension, l’écriture et l’expression. MdF, c’était il y a trente ans. A quand un nouveau chantier d’espoir, de défense et de promotion du français, langue vivante de communication?

 

* Voir l’article de Liliane Palandella, Educateur 02/2010, page 7

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.