Les métiers techniques n’attendent que vos élèves

Initié par quatre cantons, dont celui de Berne, le programme Bepog mérite d’être mieux connu et utilisé dans le Jura bernois, une région dont le savoir-faire technique et les métiers y relatifs font la richesse. Pour durer et construire l’avenir de nos vallées, l’excellence de l’Arc jurassien a besoin que les jeunes générations s’intéressent à ses industries, s’y impliquent, s’y épanouissent.

Parmi les cinq jeunes ambassadeurs nommés l’an dernier par Bepog (Be part of the Game), une initiative pour la valorisation des métiers techniques, figure rappelons-le une jeune femme du Jura bernois: Marie Piazzalunga, de Courtelary, future dessinatrice en microtechnique. Et les différentes activités de ce programme, initié par les cantons de Vaud, Neuchâtel, Jura et Berne, s’adressent particulièrement aux vallées francophones bernoises, où les métiers techniques sont nombreux et porteurs.

En classe, clé en main!

Le programme actuel de Bepog s’articule en quatre volets, dont trois concernent directement l’école et les enseignants, à commencer par les cours d’initiation pour classes. Pour les classes de 9e, 10e et 11e HarmoS, trois cours sont proposés. «À la découverte de l’impression 3D» (deux-trois heures, à Neuchâtel) permettra aux élèves de non seulement découvrir ce processus créatif de conception, mais encore d’en explorer les potentialités et de découvrir son application pratique en compagnie de passionnés. Avec «L’ingénierie au coeur des grandes inventions» (une ou deux leçons en classe, animées par un ingénieur- formateur), qui fait la part belle aux méthodes interrogative, active et participative, les élèves découvriront notamment une vision différente du monde technique, tel qu’il est complètement imbriqué dans l’histoire de l’humanité. À travers «Tech’école» (des professionnels des sciences et de la technologie assistent les enseignants pour mettre en place et animer au minimum six leçons sur l’année, consacrées à divers thèmes passionnants, parmi un vaste choix), la technique est rendue accessible aux élèves. Pour les 7e et 8e H, il est proposé des «Ateliers scientifiques et techniques» en classe, offerts clé en main avec intervention d’un médiateur scientifique (deux fois deux leçons); ils impliquent la stimulation des élèves par une approche ludique et du travail en groupes, l’apprentissage par la pratique, l’expérimentation et le développement de la démarche réflexive notamment. Dernier cours d’initiation pour les classes, celui qui s’intitule «Partenariat écoles-entreprises» a été lancé par le canton de Berne. Il vise à établir des contacts durables et profitables à tous, entre le monde de l’école et celui du travail. S’adressant à toutes les classes de la 7e à la 11e HarmoS, il vise à donner aux jeunes et au corps enseignant l’envie de s’intéresser aux métiers techniques, à renforcer les échanges, souvent très limités, entre milieux scolaire et économique. Il permet de surcroît aux enseignants d’obtenir des exemples concrets pour illustrer leurs cours. Générateur de réseau, ce genre d’échange est réalisable en tout temps; les enseignants intéressés obtiendront, à la FAJI (Fondation Arc jurassien industrie), la liste des entreprises participant au projet.

Au féminin… et inversement

Pour les filles de 10e et 11e H spécifiquement, les enseignants pourront obtenir en tout temps l’organisation de «Journées découvertes» (les élèves concernées visitent des écoles techniques et y sont informées par des jeunes en formation, avant de participer à un atelier coanimé par des étudiantes de la HE-Arc) et une animation intitulée «Techno’filles»; cette dernière, organisée sur deux jours, met en relation des écolières et des apprenties en informatique et en micromécanique. En immersion, les élèves découvrent un métier à travers divers vécus, donc de manière nettement plus attractive. Enfin, pour les filles et les garçons de moins de 13 ans, Bepog propose une journée de découverte de métiers techniques, avec confrontation directe à la réalité du terrain. Le principe: les filles découvrent un métier habituellement attribué aux garçons et inversement.

C’est pour vous!

À l’attention des enseignants, le projet Bepog propose trois formations différentes, toujours dans la perspective de leur faire mieux connaître les filières techniques existantes dans la région. Avec «À la découverte du savoir-faire technique», tous les enseignants, qu’ils soient encore en formation ou déjà en poste, pourront vivre une demi-journée d’information très enrichissante puisque consacrée aux métiers techniques, aux possibilités de carrière qui s’offrent à leurs élèves dans ces branches, ainsi qu’à la découverte du tissu industriel régional. Autre demi-journée mise sur pied sur demande, pour tous les enseignants en poste ou en formation, celle qui s’intitule «Se familiariser avec le monde de la formation professionnelle», dont le titre dit assez bien le contenu. Source d’échanges et d’une meilleure compréhension réciproque, cet atelier permettra aux enseignants de rencontrer des apprentis, des formateurs et des responsables d’entreprises. La meilleure manière de connaître les besoins des uns et des autres, d’abattre les cloisons inutiles, les malentendus et les clichés!

 

Votre école rêve d’une imprimante 3D?

Aux enseignants de 9e à 11e H, en particulier ceux qui travaillent en mathématiques, technique et travaux manuels, le projet Bepog propose par ailleurs un atelier tout simplement exceptionnel. Sous la bannière «Des imprimantes 3D dans les écoles», il organise sur demande un atelier de trois jours, durant lequel les enseignants intéressés - qui peuvent être accompagnés d’élèves! -, peuvent construire complètement une imprimante 3D. L’objectif étant bien évidemment d’installer ensuite cette machine dans la classe, afin de rapprocher les élèves du monde de la technique, tout en leur offrant la possibilité d’activités ludiques en classe. Sans compter que ladite imprimante permettra d’intégrer la technologie à des projets d’élèves. Grands avantages de ce cours, par rapport à une «simple» acquisition dans le commerce: les enseignants participants apprendront à connaître complètement leur imprimante, afin de pouvoir assurer non seulement son fonctionnement, mais également son entretien et sa réparation, toutes connaissances qu’ils pourront même transmettre à leurs élèves intéressés.

 

Rendez-vous le 25 avril 2017

Le Comité central du SEJB a fixé la date de la prochaine Journée des enseignants, laquelle se déroulera le mardi 25 avril 2017, à la Marelle de Tramelan. Bernhard Pulver, directeur de l’Instruction publique bernoise, y a d’ores et déjà annoncé sa participation, allocution comprise. En perspective de cette importante manifestation, le CC en appelle déjà à tous ses membres, afin qu’ils lui transmettent le ou les thèmes qu’ils souhaitent voir appliqués à la Journée. Par ailleurs, il attend vos candidatures pour la fonction d’école hôte, avec tous les avantages (présentation de l’établissement, de ses originalités, de ses besoins, etc.) et les contraintes que cela induit (diverse tâches à assumer durant la Journée). (de)

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.