Le programme d’allègement inquiète communes et écoles

Juste avant les vacances, le Gouvernement bernois présentait son nouveau programme d’allégement, soit une série de mesures d’économie qui frapperont tous les services de l’État. De fait, dans sa lettre d’information du 30 juin, le chef de l’OECO s’arrêtait aux mesures touchant la scolarité obligatoire, lesquelles visent une économie annuelle de 12,4 millions de francs, de 2019 à 2021. Erwin Sommer soulignait que ce montant représente à peine un pour cent du budget total de l’OECO, en estimant que le Conseil exécutif s’est efforcé de réduire les coupes dans le domaine de la formation. Il reste que certaines communes de notre région ont bien de quoi faire la grimace, étant entendu qu’une des mesures principales, impliquant une économie annuelle de 4,2 millions pour l’État cantonal, consiste à supprimer les contributions versées pour le transport scolaire, contributions qui ascendent actuellement à près de la moitié des coûts totaux de ces déplacements dans le canton… Certaines communes, Plateau de Diesse et Petit-Val en particulier, pourraient devoir renoncer à une contribution de plus de 100 000 francs. Dans une mesure moindre, mais non négligeable, tous les syndicats scolaires seront touchés bien entendu. Pas plus réjouissant: pour économiser deux autres millions de francs l’an, le canton va réduire, dès la rentrée 2018, le pool Intégration et mesures pédagogiques particulières (OMPP, 150 millions de francs au budget 2017). Au programme également, la suppression de cinq postes et demi à l’administration centrale de l’OECO, d’ici 2021 et dans l’optique d’économiser quelque 0,7 million de francs. Enfin, les 5,5 millions de francs restant seront épargnés par l’État en renonçant à une leçon par section de classe, dans la partie alémanique du canton, aux deux derniers niveaux du secondaire I.

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.