Le PER est en cycles: alors on fait quoi?

 

Pas simple, l’irruption d’un nouveau plan d’études, même si le PER n’est pas vraiment nouveau pour qui a suivi la belle évolution de ces dernières années au niveau romand. Pas simple, sa mise en œuvre, surtout s’il est porteur d’une nouvelle logique, d’une nouvelle approche, d’un nouveau mandat. Contrairement à d’anciens plans d’études cantonaux, le PER ne dit pas ce que l’enseignant doit faire, mais ce que l’élève doit devenir. Et ça change tout!

Puisque c’est la réussite de l’élève qui est maintenant entre nos mains, c’est notre professionnalisme qui est sur la sellette. Et qui dit professionnalisme, dit responsabilité, donc marges de manœuvre, autonomie, moyens, liberté d’organisation, capacités de coopération, toutes choses qui ne font pas forcément partie de l’univers professionnel de beaucoup d’entre nous. (...)

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.