La crise du français

En 1932, le français est en crise, selon le titre du congrès de la Société pédagogique de la Suisse romande, et pour une fois,ce n’est pas la faute de l‘école! On pointe du doigt le français fédéral, le sport ou la radio ainsi que les «inévitables termes anglais qui, dans nos conversations, foisonnent comme la mauvaise herbe». Les enseignants décident de réagir.

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.