Jadis, il y avait un parking

J’aime «transpirer» dans les villes que je visite. J’ai besoin de m’y essou»er. Je m’explique: pour ne pas avoir l’impression de rester extérieure aux lieux, il faut me les approprier par le geste, le mouvement, le trajet. Alors, depuis des années, j’emporte mes baskets avec moi quand je voyage, et je cours sur les trottoirs, les ponts, les parcs inconnus pour les faire «miens».

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.