Des associations tenaces

Pour la deuxième année consécutive, M. Siggen a réuni autour de la table les représentants de toutes les associations d’enseignants. La FAFE et le SSP ont donc été reçus durant deux heures, le 20 février, afin d’aborder divers sujets et d’obtenir des informations sur les dossiers en cours. 

Le but d’une telle rencontre est de tenir une séance d’informations réciproques sur des objets généraux. Le souhait de donner des compléments et des pistes de réponses vient aussi de la multiplication des courriers envoyés à la Direction de l’instruction publique (DICS) ou aux services concernés, ce qui ne semble pas forcément plaire à notre directeur qui ne peut pas forcément répondre à tous. Soit. Mais les responsables des associations professionnelles se doivent de remplir leur mandat et n’ont pas comme priorité de contester toutes les décisions prises par la DICS. Elles portent, à travers des courriers notamment, les soucis, les inquiétudes et les questionnements des collègues.

Dossier ENSEVAL

La mise en place du système d’évaluation du personnel enseignant pourrait avancer. Mais dans quelle direction? Une annonce fortuite, anticipée ou préparatoire, nous a troublés. Le concept finalisé pourrait être prêt cet été déjà, pour une implémentation sur trois ans! Oups! Ce serait faire fi des rapports de consultation de toutes les associations qui ont signifié leur non-entrée en matière sur un système complexe, injuste et trop directif. Ce serait passer en force sur un projet qui doit faire l’objet encore de nombreuses discussions ou de tables rondes afin de trouver un consensus. On en est encore loin. Aujourd’hui, ENSEVAL est suspendu aux avancées du projet PERSEVAL qui concerne l’ensemble du personnel fribourgeois. Mais le Conseil d’État devrait être saisi prochainement des résultats des consultations pour se forger un avis et prendre des décisions pour la suite des travaux. Sortir maintenant le système ENSEVAL, avec ensuite une information circonstanciée et une formation des cadres, c’est très court… Il reste juste une petite fenêtre temporelle pour recevoir les associations et «rediscuter». Même si nous avons tendance tout de suite à «peindre le diable sur la muraille», cela reste irréaliste et non conforme, en l’état, à un partenariat social fort. Tenaces les associations?

Dossier Art. 51

Depuis le temps que cet article du règlement de la loi scolaire traitant de l’enseignement en demi-classe nous occupe, il serait temps de passer à autre chose. Après un nouveau courrier envoyé à la DICS, quelques informations sont arrivées. Prévue à la rentrée 2018, son entrée en vigueur a été reportée à 2019 pour des raisons d’organisation, en particulier du côté alémanique. Des réponses précises seront données à la résolution votée par l’assemblée des délégués de la SPFF en septembre dernier, lors d’une rencontre prévue prochainement. Quelques petits pas encourageants avec un dialogue toujours ouvert. Il reste maintenant à continuer à défendre nos arguments sur les conséquences néfastes de cet article et de trouver aussi un libellé qui satisfasse tout le monde. Tenaces les associations?

Conclusion

Loin d’être convaincue de l’efficacité d’une telle rencontre, la SPFF a pu entendre l’attachement de M. Siggen au partenariat social. Celui-ci se confirme en particulier à travers les nombreux contacts que nous avons avec ses services. La qualité de l’École fribourgeoise passe par des conditions-cadres à améliorer et une image des enseignants à soigner. C’est ce que nous nous efforçons de faire avec la ténacité qui est la nôtre. • 1 Fédération des associations fribourgeoises d’enseignants 2 Syndicat des services publics

 

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.