Au-delà des murs

Année après année, les parts de marché atteintes en Suisse par les films européens et nord-américains frôlent les 98%... Soit des miettes pour les cinématographies provenant des 80% de la population mondiale. Heureusement de nombreux festivals et cinémas en Romandie préservent coûte que coûte le goût de la diversité sur les écrans. Une manière d’élever les  consciences plutôt que de les enfermer entre des murs, fussent-ils de préjugés, de peurs ou de l’argent.  

Du 16 au 23 mars prochain, la 27e édition du Festival de Fribourg tisse un fil rouge à travers la dizaine de sections et de la centaine de films qui y seront exposés: ce monde en crise, comment s’en sortir? La section Décryptage présentera une dizaine de films portant sur les enfants placés aux premières loges des drames mais aussi des espoirs les plus poignants. Ce sera le cas avec Infancia clandestina de l’argentin Benjamin Avila, récompensé de dix césars argentins, film qui évoque les années 70 en pleine dictature à laquelle les parents de Juan, 12 ans, s’opposent par la lutte armée avec les Montoneros. Nouvelle section, FiFFamille permettra aux enfants et à leurs proches de découvrir trois films indiens dont le désormais renommé Arjun: The Prince warrior. Côté scolaire, le programme Planète Cinéma devrait drainer des milliers d’élèves à la rencontre d’artistes et de leurs œuvres tels Satellite boy, film australien qui retrace le périple d’un jeune aborigène de 10 ans ou encore HavanaStation, une comédie cubaine virevoltante qui met en jeu l’amitié de deux écoliers de classes sociales très éloignées.

Sports et transports

Sous l’ère du fondateur et directeur Martial Knaebel, le Festival de Fribourg arpentait inlassablement les chemins de traverse de cinématographies du Sud engagées et inédites. Avec ses successeurs, dès Edouard Waintrop et aujourd’hui Thierry Jobin, le FIFF élargit le spectre de l’internationale du cinéma en explorant d’autres thématiques et d’autres genres. Cette année, une vingtaine de films seront consacrés au sport comme moteur de l’action avec le pingpong en Corée du sud, le football en Amérique latine, le curling en Norvège et le hockey sur glace avec, en première mondiale, One more de Shivajee Chandrabhusan, qui ouvre l’Inde à ce sport nordique à travers le récit d’un petit village du Ladakh qui transforme un étang gelé en patinoire pour y affronter une équipe nord-américaine! Après les sports, la magie du septième art transportera le public en Ouzbékistan, pays invité de la section Nouveau territoire et en Arménie avec le cinéaste Atom Egoyan. Proche, Moyen et Extrême- Orient, Afrique, Amérique latine et Europe de l’Est seront également traversés notamment à travers les douze films en compétition internationale pour le Regard d’or.  

 

Vingt invitations aux  abonné-e-s de l’Educateur! 

Le FIFF offre vingt entrées. Pour en obtenir une, il suffit de s’annoncer à educateur@mycable.ch en indiquant ses nom, prénom et adresse postale.

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.