Assumer son erreur

Déni – colère – acceptation: les trois phases, vous connaissez? Tous les gourous du développement personnel ont construit leur propre démarche pour dépasser un événement (plus ou moins) traumatisant. Mais de ce foisonnement, on peut dégager trois phases absolument incontournables.

D’abord, on refuse de croire. Exemple. Non pas lui, pas Pierre Maudet. Trop brillant. Trop intelligent. C’est une conspiration de la gauche. Autre exemple. Nooooon, pas elle! Pas Géraldine Savary! Trop intègre. Trop combattive. C’est une conspiration de la droite. Puis, les indices et les coïncidences deviennent des évidences. Déchaînement des passions, cris et pleurs. Enfin, on s’accommode du réel. Pour ma part, je flotte dans une espèce de désenchantement politique, concédant que le point commun entre la féodalité, la monarchie absolue et la démocratie directe, c’est la continuité d’une caste de dirigeants qui interprète de manière tout à fait souple les principes qui régissent celles et ceux qui votent pour elle. 

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.