Apprendre sans (se) poser de question, ou la nouvelle déviance de l’excès de soumission

 

Le premier souci des professeurs débutants est de faire asseoir leurs élèves. Le second, de les faire taire et écouter. Et quand ils ont atteint ces deux buts, que plus aucun corps ne bouge et que la leçon se déroule dans un silence de plomb, les maîtres d’école contemporains – enfin seuls à parler – se plaignent du manque de participation!
L'accès aux documents est réservé aux abonnés.