Abstention, piège à c…?

À l’occasion des luttes syndicales de l’automne dernier, nous avions signalé que la grève n’était pas le premier moyen à mettre en œuvre, mais au contraire une mesure ultime. À tout bout de champ, quand nous contestions des décisions du gouvernement, celui-ci se retranchait derrière l’intransigeance supposée du parlement.

Une proclamation a été faite à l’issue des grèves, par laquelle les signataires ont fait savoir qu’ils refuseraient leur suffrage aux élus ayant contribué par leur vote à la dégradation de la qualité du système de formation, ainsi qu’à la déconsidération de la profession d’enseignant dans notre canton.

Après une étude attentive des procès-verbaux des votes du parlement durant la législature 2013-2017, le SAEN a publié son palmarès1, dont le trio de tête est présenté plus loin.

Oui, il y a beaucoup de déception parmi le corps enseignant neuchâtelois. Si les grèves ont permis de gommer partiellement quelques injustices, elles n’ont pas empêché la mise en vigueur de la nouvelle grille salariale, au détriment de la progression des jeunes enseignants, alors que Neuchâtel figure déjà en queue de peloton. Cela conduit un certain nombre de collègues à adopter une attitude résignée face aux prochaines échéances électorales et à s’en désintéresser.

La grève pour ça?

Reprenant à notre compte l’argumentation du gouvernement, il convient donc d’agir en amont. Si c’est le Grand Conseil qui donne le ton, élisons un législatif par lequel on se sent respecté! En d’autres termes, on n’a quand même pas fait la grève (et ça nous a coûté...) pour donner maintenant les pleins pouvoirs à ceux qui se sont toujours montrés sourds à nos revendications! Ce serait vraiment trop c…!

Palmarès

C’était promis à l’occasion de la proclamation, nous avons donc réalisé notre comparatif des votes des députés neuchâtelois sur les sujets en rapport avec l’éducation, la fonction publique et les questions de société. Il ne s’agit pas d’une étude scientifique, même s’il a été réalisé avec tout le sérieux possible. Même si nous présentons volontiers le tiercé de tête, d’autres députés ont été sensibles aux causes que nous défendons. Les enseignants ne figurent pas sur le podium parce que la plupart d’entre eux ont tenu à se tenir à l’écart de votes qui les concernaient directement, comme l’abandon de l’obligation de cotiser à la caisse de remplacement. C’est leur choix, très honorable, même s’il s’écarte des habitudes d’autres milieux. Parmi les députés ainsi empêchés de figurer dans le haut du tableau, certains ont d’ailleurs réalisé un grand travail d’information et de conviction dont ont bénéficié leurs collègues!

Alors, pour qui voter? L’examen du passé permet de vérifier si les beaux discours (il y a là une belle unanimité) se traduisent en actes! Grosso modo, dans notre palmarès, un bon quart des députés candidats à réélection a démontré son souci de la qualité de notre système éducatif, on peut réélire ces députés sans prendre trop de risques. Quant aux autres – et notamment aux nouveaux candidats – il vaut la peine de voir sur le site s’ils ont pris la peine de répondre aux questions du SAEN et si nous nous retrouvons dans leurs positions.

Bref, la lutte se poursuit dans les urnes, on compte sur vous! Allez voter! •

 

 

 

 

 

 

1www.saen.ch/article/palmares-des-deputes-2013-2017

 

 
L'accès aux documents est réservé aux abonnés.