«Evaluez-moi». On le dit tous

L’évaluation est omniprésente. Depuis une trentaine d’années, elle s’est diffusée quasiment dans tous les secteurs et a fait de l’individu alternativement l’évalué et l’évaluateur. A l’hôpital, dans les universités, les pharmacies, les entreprises de services, dans le monde du divertissement ou des loisirs, on évalue et on est évalué. Dans cette liste non exhaustive, l’école tient un rôle à part. Les enseignants évaluent «évidemment» les élèves. Mais dans certains pays, ils sont à leur tour évalués par leur hiérarchie en fonction des résultats des mêmes élèves.

 

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.